Voilà, le 74e R.I. quitte définitivement cette Route Nationale 44. Les allemands d’un côté, les français de l’autre : huit mois de face à face et rien n’a changé depuis la stabilisation du front ; cela restera figé encore longtemps… Bilan humain inhumain : 450 tués au moins, et des centaines de blessés au 74e…

Et le pire reste à venir…

Depuis quelques jours, le commandement français a déclenché une vaste offensive en Artois… La 5e D.I. y est conviée…

Je reprends la lecture du J.M.O.

22 mai 1915 : Le régiment s’est embarqué à la gare de Muizon aux heures prescrites par l’ordre du général commandant la 5e D.I. Le voyage s’est effectué sans incident. Les débarquements ont eu lieu aux gares de :

Doullens : E.-M., 1er et 3e bataillons, C.H.R., et Cie de mitrailleuses ;

Frévent : 2e bataillon.

Par suite du retard dans l’arrivée des trains aux gares précédentes, le dernier élément du régiment n’est arrivé que ce matin à 8 heures au cantonnement. Le Régiment en entier est installé à Le Souich.

23 mai 1915 : Le régiment reste cantonné à Le Souich. Chaque bataillon, dans son cantonnement respectif, procède au nettoyage des armes et des effets dans la matinée. Dans l’après-midi, des exercices avec application du service en campagne ont été faits aux environs des cantonnements.