La physionomie du régiment a changé… En effet, le 74e venait de recevoir les nouveaux effets bleu-horizon afin de remplacer les capotes bleues et pantalons garance en si piteux état…

C’est donc à Neuville-Saint-Vaast que les hommes du 74e R.I. allaient prendre contact avec l’Artois et étrenner leurs nouveaux uniformes… qui seraient pour tant d’entre eux un bien morne linceul…

J.M.O. du 74e R.I. pour le 26 mai 1915

Le 74e R.I., en vertu de l’ordre du général commandant le 20e C.A., relève les deux bataillons du 153e R.I. dans le secteur face à la lisière nord à Neuville-Saint-Vaast.

Par suite du croisement de nombreux convois et colonnes, le mouvement s’exécute très lentement entre Laresset et Marœuil. Le Régiment ne peut ainsi présenter sa tête au débouché nord-est de Marœuil qu’à 22 heures. Aussi, la relève ne peut-elle s’effectuer aux heures fixées. Toutefois, elle eut lieu assez à temps pour permettre aux unités relevées d’effectuer leur mouvement vers l’arrière avant le jour.

La situation du Régiment est la suivante :

-          En 1ère ligne : bataillon Aubry, en liaison à droite avec le 37e R.I. à la lisière même de Neuville-Saint-Vaast, à gauche avec un bataillon du 228e R.I. au chemin des Pylônes.

-          En 2e ligne : bataillon Chambouillat, ayant deux compagnies en arrière et à droite de la 1ère ligne et deux compagnies dans les boyaux adjacents aux boyaux du 28e R.I.T.

-          En 3e ligne : bataillon Lachèvre, entre la route d’Ecoivres à La Targette et la route de Marœuil au Rietz, parallèlement et à environ 1 kilomètre de la route d’Arras à Béthune.

Les quatre sections de mitrailleuses du régiment sont en 1ère ligne.

Pendant toute la journée, l’artillerie ennemie a bombardé de façon parfois très intense l’ensemble du sous-secteur.

Pertes : 15 hommes ont été blessés dont quatre grièvement.