labyrinthe2

Une tranchée au Labyrinthe - Le Miroir

Suite et fin du rapport du commandant AUBRY :

Journée du 9 juin 1915
Pression par l’ennemi sur les têtes de sape ; on ne perd rien. On prépare dans l’après-midi une attaque à la grenade qui nous mène jusqu’à 50 mètres du boyau d’Eulembourg. On se battra sur place. Les mines ennemies sauteront, mais nos barricades, solidement établies, tiendront jusqu’à la relève du régiment. Les pertes sont élevées. La 6e Cie relève la 11e Cie. Cette dernière compagnie prend la place de la 6e Cie.

Journée du 10 juin 1915
Riposte sur B5, B6 et boyau de Bade. Une attaque est prescrite pour 21 heures. Elle a fait l’objet de compte rendus.
La section BARBIER, renforcée d’éléments de la 8e Cie, attaque au sud du boyau B5 (point E) ; elle se heurte aux fils de fer ennemis ; des groupes sont allé jusqu’à 5 mètres de l’adversaire. L’attaque du 228e R.I. part plus tard ; elle échoue. Le groupe BARBIER est forcé de se replier.
La section VITTORI attaque le point F ; elle est rejetée sur B5 où l’ennemi contre-attaque fortement.
La section REY, partie la première avec un élan superbe, gagne les deux tiers du terrain qui la sépare d’Eulemberg ; elle se replie avec des éléments du 1er bataillon, sans avoir pu atteindre son objectif.
Pendant toute la nuit, contre-attaque ennemie sur B5. La 5e Cie est épuisée ; plus de cadres. La 4e Cie, avec ses cadres, prend la direction du combat jusqu’à la relève.
Des fractions reformées de la 12e Cie sont également engagées en arrière de bataillon.

Journée du 11 juin 1915
On tient sur place. L’ennemi est toujours mordant sur B5. Notre barricade de tête est restée tenue, établie et occupée, à 50 mètres du boyau d’Eulembourg. Au centre, sur B6, on a progressé d’une dizaine de mètres. Le boyau de Bade a résisté aux contre-attaques également ; il a été défendu constamment par le même officier, le lieutenant MONGIS.
Dans la nuit, le 2e bataillon est relevé par le 205e R.I.

Les pertes du 2e bataillon sont élevées :

- Officiers tués : 5
- Officiers blessés : 2
- Troupe : 282 tués ou blessés.

Le 15 juin 1915
Le chef de bataillon AUBRY