boule

L'abbé BOULE, lieutenant à la 9e Cie, rédigeait cette lettre le 21 septembre 1915. Le 29, trois balles allemandes le tuaient alors qu'il inspectait sa compagnie sur le front de Neuville-Saint-Vaast, dans les environs de la tranchée des Déserteurs.

Cher Monsieur le Curé,

Voilà le moment de redoubler nos prières. Moment important de l’histoire de cette guerre. Aussi, nous comptons sur vous. L’esprit des troupes est excellent. Chacun est heureux de mettre son poing dans le débat pour en hâter la fin. Chacun est prêt – admirablement prêt souvent – à en hâter le dénouement, même au prix de sa vie. Il faut venir ici pour voir le courage calme, l’héroïque esprit de dévouement et la certitude de la victoire qui forme l’atmosphère que nous respirons. Beaucoup arrangent leurs affaires de conscience. Et moi, je ne voudrais pas y rester sans vous avoir une fois encore témoigner ma respectueuse affection……

Je vous embrasse cordialement en Notre-Seigneur. Qu’il vous garde et vous donne sa paix ! (1)

Fait Chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume avec la citation suivante :

"Excellent officier, brave et courageux, belle conduite au feu. Tombé glorieusement le 29 septembre 1915 en entraînant sa compagnie à l'attaque de la ferme de la Folie".

A la vérité l'on doit que l'attaque de cette ferme était déjà un vieux rêve le 29 septembre... Ce jour, le 3e bataillon fortifiaient ses positions, bien en avant de cette ferme qu'il n'atteindra jamais... Né à Elbeuf le 1er janvier 1883, l'abbé BOULE était, avant guerre, vicaire à Notre-Dame de Longpaon, à Darnetal.

(1) Lettre reproduite par le Bulletin Religieux de Rouen, le 15 octobre 1915.