Depuis le 21 février 1916, les combats autour de Verdun font rage. Les unités françaises se succèdent sans relâche et jusqu’à épuisement afin de barrer la route aux allemands. Dans cette noria d’unités, le 74e R.I. va prendre sa place.

Le 2 avril 1916, le régiment, alors en cantonnement à Villotte et Lisle-en-Barrois, est embarqué en camions à 7 heures et, empruntant la route qui restera dans l’histoire « La Voie Sacrée », débarque vers 11 h. 30 à Baleycourt.

En effet, ce jour, sur le front tenu sous Douaumont par la 70e D.I. une brèche est ouverte, et le 3e C.A. est alors appelé pour la colmater. Le 74e R.I. est aussitôt mis à la disposition de la 70e D.I. Mais avant de pouvoir gagner les premières lignes à pieds, le chemin est dur : plus de 18 km dont une bonne partie se fera de nuit et sous le bombardement allemand. Sur le chemin, les troupes d’assaut s’approvisionnent en munitions et matériel au fort de Souville. La contre-attaque est prévue pour 4 h. 30, le 3 avril…