ChauvelNZchauvelFFR

Deux jours après le lancement officiel des commémorations liées au Centenaire de la Grande Guerre, une rencontre en test-match entre les équipes de rugby de la France et de la Nouvelle-Zélande aura lieu ce samedi 9 novembre au Stade de France, et sera notamment l'occasion de se souvenir des soldats néo-zélandais engagés dans ce conflit.

Cette rencontre sera aussi le moment idéal pour se remémorer un autre match de rugby qui opposa, le 8 avril 1917 au bois de Vincennes, l’équipe de l’Armée française à celle de l’Armée néo-zélandaise. La France s’inclina – et pas qu’un peu ! – sur le score éloquent de 0 à 40.

Quel rapport avec le 74e R.I. ? Il est anecdotique, certes, mais mérite, à cette occasion, d’être remis en lumière pour qui s’intéresse au rugby … et au 74e R.I. !  A l’issue de ce match, un trophée fut remis à l’équipe néo-zélandaise : coupe de circonstance, puisque figurée par un bronze représentant un combattant français lançant une grenade... A la guerre comme à la guerre !

ChauvelPORTRAIT

Cette figure fut modelée par Georges Chauvel quelques temps plus tôt, lors d’un congé de convalescence obtenu à la suite d’une blessure reçue sur front. Georges Chauvel (né à Elbeuf en 1886), dès avant guerre, se destinait à la sculpture et, après le conflit, dont il réchappa, fit, dans cet art, une très belle carrière. Mobilisé comme simple soldat au 129e R.I. du Havre en août 1914, il passa, fin 1917 ou début 1918, au 74e R.I. (7e Cie) et y termina la guerre comme lieutenant de réserve, après avoir été à nouveau blessé lors des combats d’Oulchy-la-Ville, en juillet 1918.

Si de courtes biographies de cet artiste-combattant du 74e R.I. m’avaient donc appris qui était l’auteur du trophée remis le 8 avril 1917 à l’équipe de rugby de l’Armée néo-zélandaise, je n’avais en revanche aucune idée de ce à quoi ressemblait cette œuvre. Et les quelques appels lancés via internet restèrent sans réponse sur ce sujet. Or, il y a quelques temps, parcourant les pages d’un album-photos ayant appartenu au lieutenant Brunet (chef de l'escorte du 7e Chasseurs à Cheval affectée à l'E;-M. de la 5e D.I.) mis en ligne par les Archives du Cantal, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant, à la fin de cet album, une photo, assez sombre, représentant la sculpture… d’un lanceur de grenade ! Utilisant les possibilités de zoom offertes par l’interface, assez rapidement je repérais, sur le socle de l’œuvre, la signature de Georges Chauvel. L’heureux homme qui avait photographié cette sculpture avait eu le bon goût de le faire sur le profil portant la griffe de l’auteur !

chauvelSIGNATURE

Georges Chauvel avait également modelé un buste du général Mangin qui fut longtemps le commandant de la 5e D.I. à laquelle appartenaient les 129e et 74e R.I. Mais de ce buste, à priori acquis par le Musée de l’Armée, point de trace à ce jour…

Le trophée du « lanceur de grenade » ou « voltigeur », encore  intitulé « Coupe de la Somme » est-il quelque part en Nouvelle-Zélande depuis ce match de 1917… ? Lancement du Centenaire oblige, Il aurait été sympa de remettre symboliquement à l'équipe gagnante du match de ce samedi 9 novembre 2013 une copie du trophée de 1917 sculpté par Georges Chauvel...

Si quelqu’un a d'autres infos qu’il n’hésite surtout pas à m’en faire part !

ChauvelTROPHEE

Sources :

Archives du Cantal : Album Brunet

Gallica : Sur Georges Chauvel : L’Art et les Artistes, 1929