En 2020, ça fera un siècle qu'il est là. Bien modeste monument perdu dans la forêt de Verdun, à quelques centaines de mètres du fort de Douaumont. Il marque le point extrême atteint par les éléments avancés du 3e bataillon du 74e R.I. lors de la tentative de reprise du fort en mai 1916. Je reviendrai un jour plus longuement sur son histoire. Aujourd'hui, par ce montage, j'ai simplement voulu capter l'évolution de cette pierre au fil du siècle écoulé : consolidations, surélévations et rafistolages plus ou moins heureux se sont succédés pour que témoigne toujours ce petit geste commémoratif aux passages - rares maintenant - des curieux et pélerins. 

Ce qui frappe également, au-delà du monument, c'est la reprise progressive de la végétation, et l'emprise bientôt complète de la forêt. La plaine désolée de 1920 a cédé la place à l'apaisante quiétude d'une clairière ressérée sur le petit monument, presque oublié mais toujours debout.

Pour que l'on se souvienne qu'il marque très exactement le lieu des peurs, des courages, des souffrances et des râles de quelques-uns parmi tant d'autres alentours.

Là, ils étaient du 74e... 

Sûr qu'il s'en trouve encore là-dessous...

 

monumentdouaumont

monumentdouaumon2